Menu Fermer

Quel impact du confinement sur la décision d’achat dans l’immobilier?

immobilier

L’immobilier, valeur historiquement refuge,  commence à changer de visage. Le besoin du consommateur et son comportement d’achat ont évolué durant le confinement, et  de nouveaux critères ont pris le devant sur l’échelle de l’importance dans la décision d’achat. 

Mutation des besoins
Vous l’avez peut être vécu aussi. Le salon est devenu trop petit, le bureau/table à manger ne fait plus l’affaire, surtout quand votre enfant finit son plat sur vos papiers. Le soleil qui se pointe seulement 30 minutes, ce n’est plus suffisant, et les murs se rapprochent et vous étouffent. Ce sont les conséquences de 4 mois confinés dans un bien qui cachait très bien ses défauts,  et c’est ce qu’a vécu la majorité de la population mondiale, et qui a, vraisemblablement, eu a un impact sur comment nous percevons notre cocon.

Alors quelles tendances post confinement?
Malgré la crise, la majorité des personnes qui ont exprimé un intérêt pour une acquisition maintiennent leur décision d’investissement, ce qui est un paramètre très important dans la survie du secteur de l’immobilier. Ce qui a changé par contre, c’est le bien recherché.
la recherche du coup de coeur est maintenant étroitement liée à la présence d’un jardin, d’une terrasse ensoleillée ou d’un balcon au minimum,  dans un espace plus grand.
L’emplacement a pris encore plus d’importance qu’avant, Selon Keller Williams Maroc, «Environ 25% d’entre eux sont prêts à s’installer plus loin de leur travail pour bénéficier de ces avantages, et être plus proche de la nature et d’un climat meilleur, là où ils vivront mieux un éventuel futur confinement, notamment les zones périphériques»
Une tendance qui  est dégagée pour le moment des demandes de renseignements des particuliers, il faut suivre la finalisation de ce besoin pour pouvoir analyser le vrai impact du confinement sur les habitudes d’achat des marocains.

Et le prix?
Le prix est un peu plus compliqué, puisque cela dépend de la ville, du promoteur, de son stock existant, de ses projets de développement et de la situation de sa trésorerie. Les banques pourront aussi avoir un impact sur le prix, puisque les promoteurs réclament une réduction du taux d’intérêt, qui mènera “sans surprise” à une baisse des prix.
Ceci dit, y a des hypothèses plus ou moins logiques. La plus plausible est que les prix dans un premier temps resteront stables ou vont fluctuer très légèrement. Le rapport de l’offre  et la demande au Maroc reste positif dans la mesure où seulement 52% de la demande est exploitée.

Ce qui est sûr, c’est que pour le secteur de l’immobilier au Maroc, qui était déjà dans une crise, une restructuration et une stratégie de relance seront nécessaires. l’Etat doit fournir des facilités administratives et des encouragements financiers pour absorber l’impact de la crise économique. Et pour ne pas virevolter vers un scénario de 2008, il faut soutenir le consommateur et son pouvoir d’achat. Alléger sa situation économique lui permettra d’honorer ses créances, et donc automatiquement s’éloigner d’un effondrement du marché de l’immobilier.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *